Défenseur d’un son roots et authentique, le sound system des Watta Bongo, monté de façon réellement artisanale, n’est plus à présenter chez les aficionados de dub et de reggae dans la région d’Annecy. Rapide tour d’horizon de leur univers avant leur date au BarBar Pub le 5 mars prochain.

 

Comment s’est formé Watta Bongo ?

On est avant tout une bande de copains. On se connait tous depuis un sacré moment maintenant, et quand nous étions au lycée, on est tombé amoureux du reggae puis de l’univers du sound system. On allait tout le temps en concert, en session, partout en France. Au bout d’un moment (en 2014), on s’est dit qu’il était temps de s’y mettre. On a acheté du bois, des haut parleurs, et l’aventure a commencé.

 

Quel est le rôle de chaque membre de l’équipe ?

Pierro est opérateur de la sono, c’est lui qui la règle ainsi les effets typiquement dub pendant une prestation. Antoine est à la sélection des morceaux et à l’animation, Juju est à la conception de la sono (il est menuisier de formation), mais aussi a la sélection des morceaux.

 

Quelles sont vos influences principales ?

Le roots jamaïcain des années 70 ainsi que le dub anglais des années 90. En termes de sound qui nous ont influencés, on aime beaucoup Channel One Sound System, Aba Shanti-I, Iration Steppas

 

Comme tout bon digger, avez-vous un disque en particulier dont vous êtes fier et que vous passez à chaque soirée ?

Oh, on en a plus d’un ! C’est un peu cyclique mais actuellement, il y a l’incroyable Forever and Always de Carlton & The Shoes. Très mélancolique, difficile a jouer en session, mais si bien orchestré !

 

Vous tournez beaucoup sur Annecy, où le nombre de sound system est assez conséquent. Est-ce difficile de se faire une place dans la scène dub annécienne ?

On est lucide sur ce mouvement, c’est un milieu très underground qui tend à se populariser de plus en plus, et de nouveaux sound poussent chaque mois. Depuis le début, on sait qu’il faut se bouger le cul pour faire avancer les choses. C’est pour cela qu’on a certes toujours joué à droite, à gauche, mais qu’on a toujours promu nos propres soirées, et c’est comme ça qu’on avance, en invitant des artistes qui nous invitent en retour etc… Mais je pense que pour sortir du lot, il faut une implication très importante dans ce milieu.

 

Donnez-nous une bonne raison pour venir voir votre set le 5 mars prochain.

On est tous beau chez Watta Bongo, et on passe de la bonne musique, aimée par toutes les personnes, de 7 à 77 ans !

 

Quels sont vos futurs projets ? Des projets solos, avec d’autres crews, dans d’autres villes ?

On aimerait remonter nos soirées appelées « Annecy Dub Club » qui n’ont plus lieu car la salle dans laquelle nous jouions a fermée.

 

Le mot de la fin ?

Venez danser le 5 mars, le roots, ça change de d’habitude, et ça apaise les maux en tout genre !

 

Retrouvez Watta Bongo Sound System sur :

Catégories : Interviews